À un mois du grand départ, il est temps de vous livrer nos envies, nos craintes et nos attentes derrière cette aventure… L’idée en fait rêver certains mais peut sembler totalement folle pour d’autres. Alors, pourquoi avons-nous décidé de faire un tour du monde ?

Si vous voulez découvrir le détail de notre itinéraire de tour du monde, c’est par ici !

Et si vous aussi l’aventure vous tente, vous aimerez “Comment organiser un tour du monde en pratique?” et “Le budget d’un tour du monde”.

 

Un « Tour du monde », c’est quoi ?

Honnêtement, je n’aime pas trop cette expression. Je l’emploie par facilité parce que c’est une expression répandue et que tout le monde la comprend directement. On parle d’ailleurs de « billets d’avions Tour du monde », « d’assurances Tour du monde », il y a des groupes Facebook « Tour du monde » et des sites entièrement dédiés à ça…. Mais il y a autant de grands voyages que de personnes qui se lancent dans l’aventure. Certains se concentrent sur un continent, d’autres font ça à voile, à vélo ou en stop, certains le font en mode express en alignant un max de pays, d’autres en mode slow travel sans durée déterminée… Mais il est évident qu’on ne fait jamais le tour de tous les pays du monde. L’idée qui anime la plupart de ces voyageurs est de partir pour un voyage au long cours, sortir de sa zone de confort, de ses repères pour aller parcourir pendant plusieurs mois une partie infime de la vaste étendue du monde.

Dans ce genre d’aventure, encore plus que dans n’importe quel voyage, ce n’est pas tant la destination qui compte mais la route….

 

Comment nous est venue cette idée un peu folle de partir faire un tour du monde ?

A force de parcourir des blogs, des forums, des comptes Instagram de voyageurs, je me suis rendue compte que de nombreuses familles se lançaient dans l’aventure. Quand on y pense pour la première fois, l’idée semble complètement folle et les obstacles infranchissables. Pourtant, j’ai suivi pendant longtemps ces récits de familles qui mettaient tout en place pour réaliser leur rêve : vendre ou louer une maison, se débarrasser du superflu, obtenir une pause carrière, économiser pendant des années, gérer la scolarité des enfants… Certains se lancent avec très très peu de moyens ou même avec des soucis de santé, comme un pied de nez au destin.

Nous étions dans notre dernière année d’expatriation en Afrique du Sud en train de réfléchir à la suite. On allait de toute façon, rendre les clés de notre maison, empaqueter nos affaires, vendre nos voitures, retirer les filles de leur école et dire au revoir à nos amis… C’est là que l’évidence m’est apparue. Ce tour du monde qui peut parfois être si compliqué en organisation était pour nous, tellement simplifié. Nous n’avions plus d’attaches, plus de frais fixes nulle part, pas encore de nouveau boulot et juste quelques meubles déjà mis en caisse… C’était notre chance, le moment idéal pour se lancer dans ce grand voyage!

Malheureusement, les choses ne se passent pas toujours comme on l’imagine et ce départ en tour du monde qui se mettait si bien a dû être annulé pour diverses raisons, notamment à cause de la santé alarmante de mon beau-père. On voulait partir sereins, profiter à 100% de cette aventure unique et cela n’allait pas être le cas. Dans des moments pareils, on a besoin d’être chez soi, entourés de ses proches. C’est ce que nous avons fait en nous réinstallant un an en Belgique et je reste persuadée que c’était la bonne décision. Les grands rêves ne se réalisent pas toujours du premier coup….

Nous avons eu une jolie année en Belgique. Un cadre de rêve au milieu des champs et des prairies pour reprendre ses marques, profiter de nos familles, de nos amis, faire de belles rencontres et profiter de ces petites choses qui nous avaient manquées en expatriation. Nous avons énormément voyagé, retrouvant à plusieurs reprises notre Afrique chérie. Pourtant, l’idée du tour du monde était toujours dans un coin de notre tête… Et si c’était de nouveau le moment ? Est-ce qu’il y a d’ailleurs vraiment un bon moment pour se lancer ? Ok, ce sera moins facile que prévu (on avait entre-temps loué une maison, racheté des voitures, inscrit les filles dans de nouvelles écoles…) mais est-ce qu’il ne faut pas un peu se battre pour ce qu’on veut vraiment ?

On a donc recommencé à travailler sur ce tour du monde en famille sans trop oser en parler, sans trop oser y croire, de peur que notre rêve nous échappe à nouveau… Jusqu’au jour où on s’est lancé, on a réservé les billets pour concrétiser cet incroyable projet ! J’avoue que même aujourd’hui, à quelques semaines du départ, j’ai encore du mal à réaliser… Je pense que j’y croirai peut-être une fois dans l’avion…. et encore…

 

Pourquoi faire un tour du monde en famille ?

C’est sans aucun doute la question principale ! Qu’est-ce qui nous anime vraiment ? Pourquoi se lancer dans ce projet un peu fou ? En somme, quel est notre rêve…. ?

Ça va peut-être vous sembler étrange mais le « voyage » en tant que tel n’occupe qu’une petite partie de ce rêve… Nous avons l’énorme chance de voyager depuis toujours, nous avons parcouru de nombreux pays, déjà vécu en famille des expériences incroyables en Afrique et ailleurs… Bien sûr, j’ai tellement hâte de découvrir les plages de Polynésie, l’outback australien, la mythique ile de Pâques, les paysages de Patagonie ou la baie de Rio… Mais pourtant, nous aurions pu choisir des destinations complètement différentes, nous concentrer sur l’Europe ou un autre continent, vivre plusieurs mois au même endroit… Au final, ce n’est pas tant à la recherche de ces endroits que nous partons mais bien à la recherche de nous-mêmes…

Ce voyage au long cours est avant tout une quête de liberté. Un besoin de sortir de notre zone de confort, de tous ces cadres qui parfois m’emprisonnent. Partir sans programme, sans itinéraire détaillé, sans rendez-vous. S’offrir cette parenthèse pour se recentrer sur l’essentiel et comprendre ce qui nous anime au plus profond de nous.

Notre autre motivation est de voler un peu de temps sur la vie qui passe trop vite. Nos enfants grandissent et nous échappent inexorablement… Nous sommes encore dans la phase chaotique où la maison est remplie de bruits, de rires et parfois de disputes ; où l’emploi du temps est surchargé et les journées toujours trop courtes. Pourtant, je chéris chacune de ces minutes parce que je sais qu’un jour tout me semblera trop calme… Partir ensemble pendant 8 mois, c’est s’offrir ce luxe incroyable de découvrir nos filles encore mieux, d’en profiter sans limite et de souder notre équipe de choc. Etre 24h sur 24 ensemble ne sera certainement pas facile tous les jours mais c’est l’expérience incroyable qu’on veut vivre avec elles.

Ce qui nous tient aussi énormément à coeur dans ce grand projet, c’est de continuer à élargir les horizons de nos filles. Elles ont déjà beaucoup voyagé et vu tellement de choses pour leur jeune âge. Ces voyages leur ouvrent les yeux sur le monde, leur donnent conscience que nous ne sommes que des petits points sur cette planète si riche et si fragile. Que notre mode de vie, nos coutumes, et notre culture ne sont que des miettes parmi tant d’autres et que surtout au-delà des différences qui sautent d’abord aux yeux, nous sommes tous pareils. Continuer à les emmener voir le monde pour en faire plus tard des adultes tolérantes, ouvertes et respectueuses des êtres et de la nature qui nous entourent.

 

Pourquoi faire un tour du monde

Pourquoi faire un tour du monde

 

Est-ce que ce sera facile?

Un tour du monde, c’est loin d’être des vacances ! On sort de sa routine, des contraintes et horaires de son train train quotidien mais on aura bien d’autres contraintes. Il faudra au jour le jour organiser ce long voyage, trouver où dormir, où manger, où faire des lessives dans des endroits toujours différents, faire l’école, travailler quand même à distance…

Ne jamais « être chez soi », ne pas toujours avoir de visibilité sur les jours/semaines qui viennent, avoir chaque fois tout à découvrir, à comprendre… Tout ça est exaltant mais aussi parfois fatiguant et on aura certainement des coups de down, chacun à notre tour.

Chacun aura aussi ses défis personnels. Nous vivrons la même aventure mais pourtant les challenges ne seront pas les mêmes pour chacun de nous. Je sais déjà par exemple que je vais devoir apprendre à lâcher prise, moi qui aime tout organiser à l’avance. Je devrai me laisser un peu plus porter en acceptant l’improvisation et les ratés. Diego, de son côté, devra apprendre à profiter du moment présent, mettre son cerveau sur pause pour vivre pleinement l’aventure sans toujours cogiter sur l’avenir. Colombine qui aime tant la routine et qui est angoissée par l’inconnu sera sacrément challengée pendant 8 mois. Aliénor s’adapte à tout mais est tellement difficile au niveau nourriture que je me demande ce qu’elle va manger pendant ce tour du monde… Quant à Aprilia, en tant que petite dernière, elle devra souvent tout donner pour suivre le rythme des grands et je sais déjà que la famille lui manquera énormément parce que du haut de ses 6 ans, les notions de temps semblent bien floues.

Donc ça ne sera pas facile tous les jours, on le sait déjà mais le jeu en vaut clairement la chandelle !

 

Comment nous suivre pendant ce tour du monde ?

Ce blog va bien sûr s’enrichir de toutes nos péripéties autour du monde et j’écrirai des articles sur les différents pays parcourus avec comme d’habitude, nos coups de coeur, nos itinéraires, nos conseils et nos bonnes adresses. Mais, je veux aussi vivre pleinement cette expérience incroyable et en profiter à 100%. Ces articles viendront donc peut-être un peu (très) en retard, voire seulement à notre retour. Pour nous suivre, au jour le jour (ou presque) dans notre périple, vous pouvez me rejoindre sur les réseaux sociaux (Instagram et Facebook) où je posterai régulièrement des photos et des news.

 

Vous avez aimé cet article? Epinglez-le sur Pinterest!

Tour du monde

VOUS AIMEREZ AUSSI...

Pin It on Pinterest