Voilà presque 4 mois que nous sommes partis en tour du monde et 4 mois que nous sommes devenus les instituteurs intérimaires de nos 3 filles de 13, 10 et 6 ans… Le homeschooling (école à la maison), ou plutôt worldshooling (école en voyage) est une des facettes du voyage que beaucoup de parents redoutent et qui en font peut-être même renoncer certains. C’est aussi, il faut l’avouer, la partie la plus pénible d’un tour du monde pour beaucoup de familles…

On a peut-être de la chance, on s’est peut-être bien organisés ou on a peut-être simplement plus lâché prise mais, contre toutes attentes, ça se passe plutôt bien chez nous ! Je ne dis pas que c’est tous les jours facile mais dans la moyenne, on s’en sort pas trop mal…

Je vous ai réuni dans cet article toutes nos observations et recommandations pour que l’école en voyage se passe en douceur ! Je commence par 3 remarques essentielles pour bien aborder le worldschooling, ensuite je vous donne 10 trucs très pratiques et enfin, je réponds à la question qu’on me pose très souvent : « Combien de temps par jour travaillez-vous ? ».

Dans un second article, je vous donne le détail de la méthode choisie et du matériel utilisé (ainsi qu’applications et sites utiles) pour nos 3 filles.

 

école en voyage
école en voyage
école en voyage
école en voyage 1

 

L’école en voyage : 3 remarques essentielles pour bien aborder le worldschooling !

 

Pensez à tout ce que ce voyage leur apporte…

L’expérience qu’ils vivent en tour du monde est certainement la plus incroyable et la plus enrichissante de leur vie. En quelques mois, ils vont apprendre des tonnes de choses, se débrouiller, être confrontés à de nouvelles cultures, des goûts inédits et des mondes inconnus, s’imprégner de nouvelles langues et devoir s’adapter en permanence… En quatre mois, nos filles sont devenues expertes en culture aborigène, ont tout appris sur les méduses, requins et baleines, plongé dans des fonds marins incroyables, connaissent les dangers qui menacent les coraux, appris à nouer un kimono ou boire le thé à la japonaise, admiré les mystérieux Moai de l’ile de Pâques, aidé les fermiers australiens au grand rassemblement des troupeaux, visité des expos sur la conquête de l’espace ou les dinosaures, vu les conséquences directes du réchauffement climatiques en traversant des plaines désertiques et découvert les coulisses de l’Opéra de Sydney… Elles ont gagné en confiance en elles, en débrouillardise et en maturité. Quel plus beau cadeau pourriez-vous leur offrir dans un monde en constante évolution où l’adaptabilité, la tolérance et l’ouverture sur les autres sont plus que jamais nécessaires ?

 

Faites-vous confiance !

Ok, on n’est pas profs mais faites-vous confiance et faites-leur confiance ! Vous allez y arriver ! Vos enfants vont certainement vous énerver parfois mais aussi souvent vous épater dans leur capacité à apprendre et même à adapter leurs nouvelles connaissances au voyage. La plupart des familles parties en tour du monde reviennent avec des enfants qui n’ont pris aucun retard sur le programme et sont parfois même finalement en avance sur leurs camarades de classe tant ils ont gagné en maturité, en autonomie et en expérience.

 

Et au pire… ?

Et au pire… Voilà la vraie question ! Imaginons que vous n’y arriviez pas, que votre enfant n’assimile pas toute la matière voulue sur son année de voyage… Que se passerait-il ? Nous avons bien sûr envisagé cette option. On s’est dit qu’en revenant, on pourrait toujours leur donner des cours particuliers ou même au pire que l’une d’elles redouble son année… Ce n’est évidemment pas du tout ce que l’on souhaite, c’est très très peu probable, mais si ça devait arriver, on accepte cette conséquence pour tout ce qu’elles y auraient gagner en échange !

école en voyage
école en voyage 64
école en voyage
école en voyage

 

10 conseils pratiques pour l’école en voyage

 

1. Choisir une méthode flexible !

Evitez les méthodes trop rigides (du style CNED, cours Legendre). Ces méthodes sont parfaites pour des personnes sédentaires qui veulent donner cours à leurs enfants mais ne sont pas assez flexibles pour s’adapter à un long voyage où par exemple, on travaille parfois beaucoup à certains moments mais beaucoup moins à d’autres. Dans ce genre de méthode, il y a un programme à respecter chaque semaine, des devoirs à faire et à rendre à des dates précises et des périodes de « vacances » calquées sur le système scolaire français mais qui ne vont certainement pas tomber où il faut dans le rythme de votre voyage. Bref, un mot d’ordre flexibilité!

 

2. Faites-vous aider par leurs instituteurs

Si vous le pouvez, faites-vous aider par les instituteurs de vos enfants ! Ce sont eux qui pourront le mieux vous aiguiller sur la matière, les essentiels, le matériel… Et puis adaptez à votre sauce ! On a la chance que nos filles soient scolarisées dans deux super écoles (où elles retourneront après le voyage) qui étaient très enthousiastes concernant notre projet. Comme je l’expliquerai dans mon article sur la méthode et le matériel utilisé, les institutrices nous ont fourni énormément de matière et de soutien ! 1000 mercis à elles !

 

3. Prenez de l’avance !

Si possible, prenez de l’avance ! Nous sommes partis le 6 juillet et on a commencé directement à donner cours aux filles. Pour garder le rythme mais aussi surtout pour prendre une avance confortable et ne pas se mettre trop la pression. Au final, c’est peut-être le meilleur conseil que je pourrais vous donner ! Au bout de 4 mois de voyage, on est toujours très en avance sur le programme et ça nous permet vraiment d’être beaucoup plus relax !

 

4. Prévoyez une période d’adaptation

Les premières semaines seront un peu des semaines de flottement au niveau scolaire. Il faudra découvrir quel parent enseigne le mieux à quel enfant et quelle matière (chez nous, Diego s’occupe des Maths et moi du Français); trouver le meilleur moment de la journée pour cette période studieuse ; définir les méthodes qui conviennent à chacun… Bref, au début, on tâtonne, on teste, on rectifie et c’est normal! Ensuite, vous trouverez votre rythme de croisière (ce qui n’empêchera pas des hauts et des bas évidemment).

 

5. Ne vous mettez pas trop la pression

Ne vous mettez pas trop la pression ! Parfois, ça ne va pas et ça ne sert à rien d’insister… Le voyage nous permet d’être flexibles, autant en profiter ! Même si on essaie de les faire travailler chaque jour, il y a clairement de nombreux jours qu’on zappe parce qu’on arrive pas à le caser dans le programme ou parce que ce jour-là, l’attention n’y est pas.

 

6. Utilisez le voyage pour rendre la matière concrète

Adaptez la matière au voyage, à ce que vos enfants vivent et découvrent ! Il faut rendre les apprentissages les plus concrets possibles et profiter de la moindre occasion du quotidien pour faire marcher leurs méninges. L’école en voyage ne veut pas nécessairement dire être assis derrière un bureau. Il y a tellement de manière d’apprendre !

Pour les petits, faites-leur compter les coquillages, jouer à la marchande, écrire dans le sable, déchiffrer les lettres un peu partout, faire des dessins d’observation, repérer le numéro de la porte d’embarquement… Pour les grands, faites-leur calculer le taux de change, la monnaie à rendre au restaurant, les décalages horaires… Par exemple, durant notre road-trip sur la côte Ouest de l’Australie, on a déplié 4 cartes du pays ou de la région. On les a observées pour comprendre les légendes et les 1000 informations qui y figurent, repéré les endroits par où nous étions passés, on a mesuré la distance entre les 2 mêmes villes sur les 4 cartes, calculé la distance réelle, comparé les échelles… C’est le genre d’activité géniale à faire tous ensemble où personne n’a l’impression de travailler mais où tout le monde apprend plein de choses !

 

7. Faites un cahier de voyage

Faites faire à vos enfants un cahier de voyage ! A chaque étape importante, nos filles écrivent dans leurs cahiers un petit texte pour raconter leur expérience et l’illustre de dessins et découpages de toutes sortes. C’est amusant à faire, ça les entraine à la rédaction et surtout ce sera le plus beau des souvenirs à leur retour. Je vous en dit plus sur nos cahiers de voyage dans mon article sur la « Méthode et le matériel pédagogique pour l’école en voyage».

 

8. Prévoyez différents type de leçons

Certaines leçons ou exercices demandent beaucoup d’attention. On les réserve aux jours calmes où on est à l’hôtel ou dans un appartement et où on peut se concentrer. Quand on travaille dans les voitures, bus, avions, on privilégie des fiches d’exercices plus simples, des petites révisions… Donc de nouveau, être flexibles !

Dans la même idée, c’est toujours bien d’avoir certains supports papiers (manuel, fiches d’exercices) en plus de la matière électronique parce qu’on n’a pas toujours assez d’électricité pour recharger un ordinateur (par exemple en camping) ou simplement, il est parfois plus simple de sortir un papier et un crayon qu’un ordinateur. Donc l’idéal est de pouvoir aussi alterner électronique – papier en fonction du contexte.

 

9. Lecture, lecture, lecture…

La lecture est essentielle ! En voyage, nos filles lisent tous les soirs et même Colombine qui n’était vraiment pas fan de lecture commence à accrocher et prendre de plus en plus de plaisir. Rien que ça, ça vaut de l’or ! Comme on dit, « un enfant qui lit sera un adulte qui pense »… Aliénor, quant à elle a toujours aimé lire mais là, elle dévore carrément ! Et depuis 4 mois, je peux voir que son orthographe s’est incroyablement amélioré. Elle a son propre Kindle (nous sommes partis avec 3 Kindle en tout). Quant à Colombine, elle lit sur l’application Kindle de sa tablette. Pour Aprilia, j’ai emporté 2-3 minis livres de première lecture et j’en ajoute d’autres également via l’appli Kindle de sa tablette.

 

10. Utilisez les écrans de manière intelligente !

On essaye de limiter les écrans mais elles est y ont droit pour les longs trajets, les temps d’attente… Quitte à regarder sa tablette, autant que ce soit intéressant… On a téléchargé pour chacune des applications ludo-éducatives (je vous en donne certaines dans mon article sur la “Méthode et le matériel pédagogique”) et plein d’émissions du style « C’est pas sorcier » sur la matière du programme, les pays traversés ou simplement en fonction de leurs centres d’intérêt…

 

école en voyage
école en voyage
école en voyage
école en voyage

L’école en voyage, combien de temps ça prend ?

 

Voilà la question que tout le monde nous pose ! Alors, au final, je dirais qu’on travaille avec les filles environ 1h par jour, 6 jours sur 7… Cela peut sembler peu mais n’oubliez pas qu’on a pris 2 mois d’avance, qu’on ne s’arrête pas pour des w-e ou vacances, qu’on se concentre sur 2 (ou 3) matières seulement, qu’on est en « cours particulier » ce qui rend l’apprentissage très efficace et surtout que le reste de la journée est utilisé pour apprendre plein d’autres choses ou même revoir certaines notions de manière concrète…

A la moitié de notre voyage, on est toujours en avance sur le programme (dans les matières que nous suivons) par rapport à leurs 3 classes ce qui montre que notre rythme est plutôt bon…

On se concentre souvent sur une matière pendant une semaine. Par exemple, je fais du français avec Colombine plusieurs jours d’affilée pendant que Diego avance sur les maths avec Aliénor. De cette manière, elles sont plongées dans une matière pendant une semaine et on gagne en efficacité.

 

école en voyage
école en voyage
école en voyage
école en voyage

Pour découvrir la méthode que nous utilisons, le matériel pédagogique emporté et les applis et sites utilisés pour chacune de nos 3 filles, rendez-vous sur mon second article « L’école en voyage : Méthode et matériel pédagogique ».

 

Vous avez aimé cet article? Epinglez-le sur Pinterest!

école en voyage

VOUS AIMEREZ AUSSI...

Pin It on Pinterest